Post-partum : le comprendre pour le vivre sereinement

post partum

 

Avez-vous remarqué l’essor des témoignages autour du post-partum ? Je me souviens m’être interrogée sur cette période juste après mon accouchement. N’ayant pas eu beaucoup d’informations sur le sujet pendant ma grossesse, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Et cela peut être angoissant … Avez-vous des craintes concernant cette période post-natale ? Interrogeons ensemble le post-partum pour en comprendre tous les aspects, pour que vous le viviez plus sereinement.

Qu’est-ce que le post-partum ?

Il s’agit de la période juste après votre accouchement. Fatigue, chamboulement hormonal, questionnement existentiel : le post-partum bouleverse tant que le plan physique qu’émotionnel. Sa durée varie d’une femme à l’autre, selon la santé, la sensibilité et l’organisation familiale (retour à la maison plus ou moins rapide, partage des tâches domestiques) de chaque nouvelle mère. Pour ma part, j’ai vraiment la sensation d’avoir retrouvé mon corps et ma façon de penser 9 mois après mes accouchements. J’ai vécu ça comme un long voyage : 9 mois de grossesse et tout autant pour m’en remettre !

Impossible donc de prédire à l’avance comment va se passer votre post-partum !

Que se passe-t-il durant le post-partum ?

 

En ayant conscience des péripéties possibles durant le post-partum, vous pouvez davantage vous y préparer ou y remédier. Pour ma part, voici celles que j’ai vécues. 

Juste après l’accouchement

Je me rappelle plutôt bien des quelques désagréments qui peuvent suivre la naissance :

  • Les lochies : ces saignements, très rouges et abondants au début, durent environ un mois. Des serviettes hygiéniques ou des culottes menstruelles de grande capacité vous seront utiles pour collecter votre flux ;
  • Une déchirure périnéale : j’en ai eu une très importante à la naissance de ma première fille. Parfois, le périnée se déchire durant l’accouchement, si une trop grande pression est exercée dessus alors qu’il est affaibli ou trop en tension. Pour vous en prévenir, vous pouvez muscler votre périnée grâce à des exercices prodigués par votre sage-femme, le massez avant et pendant l’accouchement avec une huile adaptée et appliquer des compresses chaudes dessus. C’est ce que j’ai fait pour préparer l’arrivée de ma deuxième fille, et ça a très bien fonctionné (à peine deux points de suture contre un périnée complet recousu sous anesthésie) ;
  • Les tranchées : pendant les jours qui suivent l’accouchement, et notamment si ce n’est pas le premier, vous pouvez ressentir ces contractions. De mon côté, je les ai éprouvées surtout durant l’allaitement de ma deuxième fille. En effet, l’ocytocine libérée pendant une tétée permet à l’utérus de se contracter pour retrouver sa taille initiale.

Malgré mes questionnements, l’attente, la douleur et les imprévus, je tenais mon enfant contre moi. Cela m’a permis de faire preuve d’une force que je ne soupçonnais même pas ! Ma sage-femme et mon conjoint m’ont également beaucoup soutenue dans cet incroyable moment.

 

Quelques jours après l’accouchement

 

Il est parfois difficile de se retenir d’aller aux toilettes après un accouchement. Fuites urinaires, constipation, hémorroïdes : ces maux sont le plus souvent passagers, mais ils n’en sont pas moins désagréables.

Si vous avez une sensation de brûlure lorsque vous urinez, je vous conseille de faire couler de l’eau fraîche sur votre vulve en simultané pour l’atténuer.

Pour remédier à un épisode de constipation (et même au quotidien, méthode testée et approuvée !), placez une marche sous vos pieds aux WC pour adopter une position physiologique – les genoux plus hauts que les fesses.

Les exercices pour renforcer votre périnée vous aident aussi à lutter contre les fuites urinaires. Je vous donne une autre astuce : si vous avez envie d’aller aux toilettes, ne vous retenez pas ! Cela peut paraître évident. Pourtant, dans notre société qui va à cent à l’heure, je sais que je me retenais bien trop souvent, au point de faire pipi une à deux fois par jour seulement.

Enfin, j’y ai échappé mais, si vous avez des hémorroïdes, soulagez-vous avec de la glace et évitez de pousser lorsque vous allez à la selle.

Si ces problèmes persistent, consultez rapidement un médecin et demandez conseil à votre sage-femme lors des visites post-natales à votre domicile.

 

Plusieurs mois après l’accouchement

 

Sur le long terme, voici quelques éléments à ne pas négliger durant votre post-partum :

  • La rééducation périnéale : la tonicité de votre base musculaire est essentielle pour votre confort quotidien – activités physiques, déplacements, élimination, vie sexuelle, etc. Ma sage-femme m’a accompagnée dans cette (re)découverte de mon intimité ;
  • Le retour des règles : désigné aussi par suite de couches, les premières règles post-partum peuvent être plus longues et abondantes que d’ordinaire. Mes règles sont réapparues après plusieurs mois, ce qui est souvent lié à un allaitement long (plus de 6 mois) ;
  • La chute de cheveux : votre corps peut avoir beaucoup changé suite à votre grossesse. L’alopécie est une mutation parfois importante, visible et bouleversante. Je me souviens perdre mes cheveux par poignée ! Pour y remédier, privilégiez une alimentation variée et riche en vitamines. Vous pouvez également prendre soin de vos cheveux grâce à des produits conçus spécifiquement pour le post-partum, notre gamme NL & SENS arrive bientôt.

 

 

post partum

Le cas du baby-blues et de la dépression post-partum

 

Tous ces changements peuvent vous mener à vous sentir dépassée. À partir du 3e jour après la naissance, je me rappelle que les larmes me venaient facilement. Mais comme j’ai toujours été très émotive, je ne sais pas vraiment si j’ai vécu un baby blues !

Si cela vous arrive, ne culpabilisez pas. Vous venez de vivre un moment incroyable, mais aussi très déstabilisant. Vos sentiments sont légitimes. Au moindre doute, parlez-en à une personne de confiance : votre moitié, votre sage-femme, une amie … Trouvez du soutien dans cette période riche en émotions. Courage, vous allez vous retrouver très bientôt avec vous-même !

Votre entourage et vous-même devez être alertés si cet état dure plus d’une quinzaine de jours. Epuisée ? Anxiété ? Pas d’appétit ? Prostration ? Isolement ? Vous êtes peut-être en dépression post-partum, et vous avez besoin de l’accompagnement d’un professionnel de santé. Plus tôt vous serez prise en charge, plus vite vous en sortirez. Près d’un quart des jeunes mamans passe par là … Mais ce n’est pas une fatalité ! Vous allez retrouver vos marques et votre joie de vivre pour apprécier pleinement votre nouvelle vie avec bébé – même si ce ne sera pas facile tous les jours, mieux vaut ne pas se mentir !

La naissance de votre enfant, c’est également votre propre départ dans la vie de mère. Prenez le temps de vous adapter, de vous apprivoiser mutuellement. Vous accepterez d’autant mieux votre post-partum. Le mot d’ordre : ne vous isolez pas ! J’espère que ces quelques mots vous apportent du soutien. N’hésitez pas à témoigner sous cet article, je vous lis et vous réponds dès que possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.