Mon accouchement sans péridurale

J’ai accouché le 28/07/21 sans péridurale, je vous explique dans cet article tout ce que j’ai mis en place pour y arriver. 

Avant toute chose, sachez que ce n’était pas mon but ultime, je voulais juste que tout se passe bien sans me mettre de pression. Je me disais que tant que je supportais les contractions, je ne prendrais pas la péridurale, c’était ma seule envie. Si je l’avais prise, je n’aurais pas vécu cela comme un échec, pas du tout, et je pense que personne ne devrait le vivre ainsi. 

RECIT D’ACCOUCHEMENT 

Mon mood pour l’accouchement était très important. J’étais focus sur la rencontre avec mon bébé et sur ce moment magique que j’allais vivre. J’allais enfin rencontrer mon enfant, mon enfant que j’ai porté pendant 9 mois. Un mood ultra positif et motivant. Je voulais accoucher, je voulais rencontrer mon bébé sans crainte, sans appréhension, sans peur… 

Quand les contractions ont commencé, je les accueillais positivement, je détendais mon corps au maximum. J’étais dans ma bulle, relaxée et positive. Dès que j’en sentais une arriver, je fermais les yeux, je respirais profondément et j’imaginais respirer de l’air chaud, de l’air réconfortant. Je me disais qu’à chaque contraction, je me rapprochais de la rencontre avec mon bébé. Plus elles étaient intenses et plus je savais que le moment approchait. Dans ma tête, je me répétais des phrases ultra positives et je parlais à mon bébé : “Allez continue, c’est bien, on est ensemble, on va y arriver” , “viens mon bébé, viens faire un câlin à ta maman” , “je veux t’avoir dans mes bras, je veux t’embrasser, je vais te protéger mon bébé”.  

J’accueillais toujours les contractions en essayant de rester la plus détendue possible. Je relâchais littéralement mon corps. Je restais dans ma bulle. 

Mon mari a été d’une grande aide lors des dernières contractions qui étaient douloureuses, il me portait pour que je puisse me relâcher totalement (photo ci-dessous). Ça me faisait un bien fou !

La poche des eaux s’est ensuite percée, j’ai eu envie de pousser, de pousser très fort. J’ai vécu le cercle de feu, une sensation de brûlure intense qui m’a fait très mal et j’ai eu vraiment peur, j’ai crié mais cela n’a duré que quelques secondes. 2, 3 poussées et ma fille était dans mes bras. C’était rapide et intense, c’était magique, le corps humain est magique ! J’ai ressenti un énorme soulagement lors de la délivrance et encore plus lorsque j’ai expulsé le placenta. Après cela, aucune douleur, aucune déchirure, j’avais pourtant l’impression que tout avait “explosé”. Mais non, rien ! Encore une fois, le corps humain est exceptionnel. À ce moment-là, j’étais shootée aux hormones, j’étais très heureuse d’avoir enfin mon bébé dans les bras. 

 

CE QUE J’AI MIS EN PLACE POUR ACCOUCHER SANS PÉRIDURALE

Il y a bien une chose à bannir lors de l’accouchement : le stress. Faites-moi confiance, c’est la pire des choses. Le stress va freiner la production de l’ocytocine, l’hormone du bonheur. Son nom est un dérivé du mot grec “õkytokíne”, qui signifie “accouchement rapide”. C’est l’ocytocine qui stimule les contractions et donc accélère le travail. On essaie d’être relax, on se relâche, on libère toutes les tensions et on oublie tout. On se focus uniquement sur l’arrivée du bébé. 

Pour être dans mon mood ultra positif et cosy, on a demandé à tamiser la lumière de la salle d’accouchement et j’ai pu mettre ma musique. On a préparé une playlist avec principalement des titres de l’artiste FKJ ; écoutez et vous verrez que l’univers est vraiment parfait pour un accouchement. 

Aussi, pour être totalement à l’aise, j’ai porté ma robe d’accouchement, c’était pour moi très important. La blouse avec les fesses à l’air m’aurait gênée pendant le travail et aussi pour accueillir mon bébé. Vous pouvez retrouver ma robe ici : www.nletsens.com/shop/robe-daccouchement

Avant l’accouchement, j’ai fait des séances de yoga prénatal à raison d’une fois par semaine. Un moment de relaxation et d’étirements très agréable pour relâcher toutes les tensions. Pour ma première grossesse, j’ai aussi suivi des cours de préparation à l’accouchement classiques pour comprendre tout ce qui allait se passer. J’étais donc bien informée sur les positions, la péridurale, les solutions en cas de complications…Je voulais tout comprendre et tout savoir pour être préparée au mieux.

J’ai également fait des séances de chiropractie dans un premier temps pour retourner mon bébé qui était en siège, puis également pour soulager mes différents maux. La dernière séance m’a permis de déclencher le travail car la choupette se faisait désirer. Je précise qu’il était préférable de le déclencher de cette façon pour éviter le déclenchement médicalisé. Je vous recommande vivement cette adresse car au-delà de l’aspect du bien-être corporel, Elodie a su avoir des mots réconfortants et motivants. C’était précisément ce dont j’avais besoin pour mieux vivre ma grossesse et être dans le bon mood le jour de mon accouchement. La Source Chiropratique, 126 Rue d’Assas 75006 Paris.

La façon de pousser est également très importante pour préserver son périné et éviter le plus possible les déchirures. La sage-femme pourra vous guider mais pour faire descendre le bébé, il est conseillé de pousser sous apnée ; cette poussée est très puissante. Ensuite, on peut pousser en expirant lorsque la tête s’apprête à sortir. 

Niveau complément alimentaire et homéopathie, j’ai eu des super conseils de Laila Bel https://www.lailabel.com/coaching. N’hésitez pas à faire appel à elle si vous avez besoin d’un suivi avant, pendant, après votre grossesse car elle est de très bons conseils. 

Voici ses conseils pour la préparation à l’accouchement : 

Les 3 dernières semaines de grossesse 

– Ignatia 15 CH (relaxant) : prendre 5 granules par jour

Départ pour la maternité :

– Gelsemium 15 CH : 1 dose au départ pour la maternité (relaxant) (3 doses)

– Actaea Racemosa 30 CH : 1 dose à répéter si nécessaire (action sur le col) (4 doses)

– Caulophyllum 5 CH : 5 granules toutes les 15 min (pour contractions efficaces) (2 tubes)

Après accouchement (périnée et douleurs) : prendre 3 granules 3 fois par jour de chaque (2 tubes)

– Apis Mellifica 9 CH : 

– Arnica 9 CH 

Après accouchement (contre la fatigue) :

Plasma de Quinton : 2 ampoules le matin pendant 15 jours

Pour le jour J, j’ai réalisé deux recettes : une pour me relaxer et me détendre (comme je vous le disais, c’est la base pour un accouchement sans péridurale) et une pour renforcer les contractions. Je les appelle “mes petites potions magiques”.

• Aide psychologique par D. Baudoux pour se relaxer et se détendre : 10 ml HV de Noisette 4 gte HE d’Encens 17 gte HE de Néroli 10 gte HE de Laurier noble 4 gte HE de Clou de girofle 7 gte HE de Camomille romaine 3 gouttes sur le plexus solaire et la face interne des poignets ou 1 goutte sous les narines pour inhaler en inspirant profondément. • Renforcement des contractions pour accélérer le travail : 10 ml HV de Noisette 70 gte HE de Clou de girofle 70 gte HE de Palmarosa 35 gte HE de Bois de rose 6 gouttes dans le bas du dos au niveau du 2ème trou sacré (fossettes lombaires) toutes les 20 minutes pendant le travail. J’ai trouvé ces deux recettes chez Aroma-Zone. À ne surtout pas utiliser à un autre moment de la grossesse.

Durant ma grossesse, j’ai aussi réalisé un “projet de naissance”. C’était important pour moi d’informer le corps médical de ce que je voulais mettre en place pour le jour J. C’est un stress en moins et ça évite les incompréhensions. Parfois les contractions sont si douloureuses que l’on n’arrive pas à s’exprimer, au moins avec votre projet de naissance tout est écrit sur un document à remettre simplement aux personnes qui vous accompagneront lors de votre accouchement.  

Et dernier petit “tips” : juste avant d’accoucher, mettez de l’huile de macadamia au niveau du périnée pour éviter au maximum les déchirures ; si la zone est sèche, le risque sera plus grand.

Voilà, vous savez tout sur ma préparation à l’accouchement. Encore une fois, aucune pression à se mettre et faites de votre mieux. TOUS les accouchements sont magiques. J’ai d’ailleurs été déclenchée pour mon premier accouchement sous péridurale et c’était un très bel accouchement, je n’ai eu aucun regret car c’est comme ça qu’il devait se passer.  

D’ailleurs, l’après-accouchement sans péridurale était beaucoup plus simple et moins douloureux. J’étais beaucoup moins fatiguée et j’avais aussi moins de douleurs. 

Vous pouvez retrouver mon accouchement en vidéo ici : 

Ainsi que mes vlogs post-partum :

N’hésitez pas si vous avez des questions ou des conseils à partager.

Enfin et surtout, si vous êtes actuellement en train de vivre cette magnifique aventure, je vous souhaite un très bel accouchement.

Merci de m’avoir lue.

 Lyla

 

2 Commentaires sur “Mon accouchement sans péridurale

  1. Imene says:

    Bonjour Lyla, Merci pour ce magnifique article et tes vidéo.
    Peux tu m’expliquer ce que tu veux dire par 1 dose à répétée d’ Actaea Racemosa et les 4 doses qui sont mise entre parenthèse ?
    1 dose de 4 granules ?

  2. Pingback: Valise de maternité au naturel - NL & SENS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.